Trop sont ceux qui clament leur esprit démocratique pour mieux abuser de la démocratie et ainsi mépriser le peuple. Et hélas, trop souvent le peuple ne voit rien, ne réagit pas ou ne fait que râler dans le fait accompli. Pauvre démocratie, encensée hypocritement quotidiennement par ceux même qui la trahissent.

A venir: Internet et la démocratie. Malgré le sommet de l'information organisé en décembre 2003, vaste hypocrisie débouchant sur le néant, les démocrates devraient s'inquiéter des manipulations et des entorses aux droits démocratiques dans le web. Pour illustrer, une réflexion sur Information et manipulation.


Les exemples abondent, mais trois faits illustreront ces pratiques malhonnêtes et perverses:

1) Les élections régionales en France de mars 2004
Indépendamment des résultats, une bérézina pour l'UMP le parti actuellement au pouvoir, les règles de ce scrutin avaient pourtant été modifiées sans susciter un débat. Et pourtant, l'instauration d'une prime au vainqueur de 25 % falsifie l'expression du suffrage populaire. Il suffit qu'un parti soit le vainqueur du second tour pour obtenir 25 % des sièges en plus de ceux qu'il a obtenu. Ainsi, en France, il n'est plus nécessaire de bourrer les urnes. Et ainsi, au cas où le parti vainqueur du 2e tour dépasse de peu les 25 %, il a la majorité des sièges, ce qui exclut les autres partis et ceux qui ont votès pour eux. Un avatar du parti unique comme dans les démocraties populaires.

2) Le mouvement des intermittents du spectacle en France

3) Le pacte de stabilité de l'Union européenne
Pour rassurer les citoyens européens inquiéts à juste titre de la frénésie de dépenses des gouvernements (l'augmentation constate des prélévements fiscaux s'avèrant toujours insuffisantes et s'accompagnent d'une d'augmentation également constante de la dette - des pays vivent au-dessus de leurs moyens jusqu'à la faillite comme pour l'Argentine), un pacte dit de stabilité avait été décidé. L'Union européenne n'ayant toujours pas de consitution, on se demande où cet engagement a-t-il été inscrit? Mais l'usage faisait que ce pacte était admis. Ce qu'exige le pacte adopté par les Quinzes en 1997:(1) Le déficit public ne peut dépasser 3% du PIB sauf si un pays est frappé par une récession de -2 % au moins du PIB.(2) La dette publique ne peut être supérieure à 60% du PIB.Des diverses sanctions sont prévues dont la plus grave est une amende de plusieurs milliards d'euros décidées par le Conseil des ministres de l'Economie et des Finances, qui tranche à la majorité qualifiée des Etats membres de la zone euro, sur proposition de la Commission.En 2003, l'Allemagne et la France ont des déficits atteignant 4,2 % du PIB ne sont pas en récession mais en stagnation (variation du PIB supérieure à -2%) doivent donc être sanctionnées. Le seront-ils?

Chronique du viol du pacte de stabilité

Le pacte de stabilité encore violé Francis Mer, le ministre de l'Economie, a vendu la mèche à ses partenaires européens: pour la troisième année consécutive, en 2004, la France ne parviendra pas à ramener son déficit public sous la barre des 3 % du PIB (Produit intérieur brut) imposée par le pacte de stabilité et de croissance, comme elle s'y était engagée au début du mois dernier. Paris s'expose ainsi à des sanctions financières qui pourraient atteindre jusqu'à 0,5 % du PIB, soit 7,5 milliards d'euros.. 16 juillet 2003
La France et l'Allemagne au banc européen des accusés Jusqu’où l’Union européenne peut-elle tendre la main à ses deux mauvais élèves la France et l’Allemagne sans trop pénaliser les vertueux, sans donner un signal de laxisme aux futurs adhérents, sans mettre à mal la crédibilité de l’euro, et sans prendre le risque d’entraîner une augmentation de l’inflation et des taux d’intérêt? 25 novembre 2003
Le Pacte déstabilisé La France et l'Allemagne ont rallié la majorité des Quinze en faveur de l'indulgence envers leurs déficits publics • Paris et Berlin sont ainsi autorisés à ne pas respecter le Pacte de stabilité en 2004 25 novembre 2003
Une crise de croissance qui déstabilise l'union: en refusant de sanctionner l'Allemagne et la France pour leurs entorses au pacte de stabilité, les ministres des Finances de l'Euroland ont désavoué la Commission. 26 novembre 2003
La Commission européenne a décidé, mardi à Strasbourg, de saisir la Cour européenne de justice contre la décision prise en novembre par les ministres européens des Finances de suspendre les procédures visant la France et l'Allemagne pour infraction au pacte

14 janvier 2004


Moralité: l'Union européenne bafoue ses propres lois, mais que les centaines de millions de citoyens se rassurent,: ils paieront comme d'habitude les pots cassés par ces "grands" politiciens exigeant le respect pour une légalité qu'ils bafouent eux-mêmes. Jusqu'à quand? Un citoyen européen peut-il porter plainte? Un état sans constitution est-il démocratique?

Quand les fascistes crient au fascisme

Le mouvement des intermittents du spectacle en FranceDevant l'échéance de graves déficits, les partenaires sociaux (employeurs + syndicats) décident d'adapter cette caisse de chômage crée pour donner un statut spécial aux intermittents du spectacle. Ces derniers, contrairement au régime général, peuvent toucher des allocations pour des périodes de travail beaucoup plus courte. Pas contents d'une modification diminuant la période d'indemnisation qui passe de 12 à 8 mois, au moyen d'un argumentaire faisant d'eux les victimes alors qu'ils sont des priviligiés, faisant du baron président de l'organisation patronale le diable en personne, ils utilisent toute la gamme des méthodes fascistes (intimidations, occupations, interventions musclées, etc...). En résumé, ils jouent à la pièce "quand les fascistes crient au fascisme".

L'accord est signé, la hache de guerre déterrée. Et l'été plombé ? Dans la nuit de jeudi à vendredi, le Medef et trois syndicats minoritaires (CFDT, CFTC, CFE-CGC) ont signé un accord réformant le régime des intermittents du spectacle (lire ci-contre). La CGT et FO ont dénoncé un accord “scélérat” et “ultraminoritaire”, appelant à la poursuite de l'action avec un “temps fort” le mercredi 2 juillet. 28 juin 2003
50% intermittents travaillaient juste le minimum Dans le précédent dispositif, en effet, trois mois de travail (ou l'équivalent en cachets) généraient une année complète d'indemnisation. Après l'accord du 27 juin, cela ne sera plus possible. 30 juin 2003
Represailles: Avignon, les Francofolies, Bartabas, etc. annulés, d'autres événements vivent dans l'insécurité ou sous la menace, toutes ces actions dépassent le cadre d'une opposition démocratique pour se révéler du pur fascisme. 12 juillet 2003

A la merci des camarades intermittents Si de nombreux festivals sont annulés ou perturbés, la Fête de l'Humanité se déroulent tout à fait normalement: bizarre!

13 septembre 2003
Le collectif Restons vivants qui s'est créé à Chalon dans la rue est déjà présent ici: pour eux, il est important de maintenir les spectacles. La coordination des intermittents d'Auvergne se positionne davantage pour la grève. De son côté, la CGT a annoncé que la rentrée sociale aurait lieu à Aurillac. 19 août 2003
Que cela soit le fait de politiciens qui bafouent les lois - le pacte de stabilité bafoué - ou de personnes luttant pour leurs droits (leurs privilèges dans les cas des intermittents du spectacle) mais avec des méthodes fascistes (démonstation de forces, menaces, chantages, opérations de de commandos, sabotages, etc..), la démocratie est en danger. Personne ne sanctionne ces comportements démocraticides. Jusqu'à quand?

Retour