Le négationnisme des crimes communistes continue… avec toujours un mépris total pour les centaines de millions de victimes passées et actuelles.

Une forme particulièrement perverse, c'est l'«anti-fascisme» pro-Stalinien.Combattre le nazisme, c'est bien, nécessaire et d'autant plus facile… aujourd'hui qu'Hitler est mort depuis plus de 60 ans. Mais se proclamer "antifasciste" pour soutenir Staline ou d'autres dictateurs comme aujourd'hui Castro, Kim Jong-il, la Chine communiste, cela révèle alors une totale imposture.

Comment démasquer ces pseudo-antifascistes? Ne pas oublier les «antifascistes délirants» et criminel comme Daniel de Roulet!

A Gauche toute!
Michel Buenzod illustre, le 9 novembre 2007, cette négation abjecte recouverte d'un soutien délirant à la soi-disante révolution d'octobre.

Le parti socialiste, les jeunesses socialistes, etc…

Les Verts plus ou moins pastèques!

Le POP, PdT et leurs affiliés

Le GSSA, le groupe pour une Suisse sans armée

Les Chrétiens pour le socialisme

Ces organisations utilisent le "clair-obscur" pour frelater l'histoire: mettre en valeur un fait pour en occulter d'autres. Les thèmes de cette falsification systématique sont principalement:

1) Sacco et Vanzetti

2) Le 9 novembre 1932 quand le sang coula à Plainpalais (Genève)

3) La guerre civile espagnole (1936-39)

4) L'«antifascisme…pro-stalinien»

Etc.

Et parmi les icônes: Léon Nicole, Jules Humbert-Droz (du pacifisme au service de Staline: un assassin en col blanc), Jean Vincent, …

Retour