L'histoire suisse sinistrée

Affirmer que l'histoire suisse a été parfois construite, souvent enjolivée est tout à fait exact. Mais le pire provient d'historiens critiquant la version officielle pour tenter d'imposer leur version sinistre au service du communisme. L'ouvrage collectif “Cent ans de police politique en Suisse” constitue un paradigme de cette réécriture de l'histoire soi disant au service d'un mouvement ouvrier. Mais lequel de mouvement ouvrier car il a été et demeure l'enjeu des socialistes, des communistes, des fascistes et des anarchistes, chacun d'entre eux ayant leur vision du mouvement ouvrier. Et pour cause, chacun veut l'utiliser pour ses intérêts égoïstes en faisant croire qu'il défend les intérêts des ouvriers: en fait le mouvement ouvrier ne sert que de marche pied pour atteindre pouvoir et/ou fortune pour les socialistes et le pouvoir total pour les communistes! Et les auteurs "oublient" les millions de victimes du communisme, comme par hasard. Et même celles en Suisse comme les victimes des émeutes sanglantes de 1932 à Zürich (PCS) et à Genève (PCS et PSG); et aussi celles de 1937, quand la Grande terreur agissait aussi dans la Confédération helvétique!

La répression de la police politique

A propos de l'ouvrage collectif de AEHMO “Cent ans de police politique en Suisse (1889-1989)

La grève générale de novembre 1918, le comité d'Olten et l'agitation bolchévique

Dans les livres d'histoire, on parle de manière biaisée de novembre 1918. Les historiens suisses, la plupart des imposteurs se croyant être des “antifascistes” alors qu'ils sont en fait staliniens voire trotskistes, tentent d'imposer leur propagande marxiste. Prétendant réviser l'histoire suisse, souvent mythifiée il est vrai, ils l'infiltrent et la falsifient par leur infection communiste. Cette véritable imposture fonctionne car en formant un réseau ils imposent leurs mensonges dans des livres, des licences et même dans le Dictionnaire historique de la Suisse. Quelques documents sur les nombreuses tentatives de nier l'influence bolchévique dans le Comité d'Olten et dans le déclenchement de la grève générale.

Lénine et le coup d'état d'octobre 1917 dont la terreur rouge provoque une guerre civile causant 14 millions de victimes (1917-1923). Mais les complices de Lénine continue avec répandre le “mythe de la révolution d'octobre“

Le 9 novembre 1932, et le soi-disant tir sans sommations et autres falsifications

Avant Genève, plusieurs émeutes sont organisées par le PCS à Zürich. En réalité, les victimes sont celles d'un plan machiavelique conçu, préparé et effectué par le PCS . La section suisse du Komintern fabrique l'événement, tant pis s'il y a des morts et des blessés, afin que le PCS devienne le leader des ouvriers, les chefs du parti socialiste étant disqualifiés par leur collusion avec l'armée évidemment fasciste. S'il s'agit donc d'une lutte pour le pouvoir du PCS et de Staline, les ouvriers on s'en fout!

La négation de la Grande famine de 1932-33 et Holodomor

Le conseiller fédéral Minger attaque violemment le Parti socialiste suisse. Le Conseil fédéral vient d'avouer sans fard par la bouche de M. Minger la haine qu'il porte au Parti socialiste suisse.

“Le Travail” du 23 juin 1933

Et le génocide cambodgien?

Retour