Les individus et organisations suisses bolchevik, puis pro-communiste soviétique et des autres régimes communistes

A la mi-octobre 2009, peu après le décès de Jacques Chessex, le quotidien “Le Temps” révèle que cet écrivain vaudois était un communiste. A l'occasion d'une rétrospective au Musée Gianadda de Martigny, la brochure sur l'oeuvre de Hans Erni mentionne que l'artiste adhéra 1937, en pleine Grande terreur, au Parti communiste "suisse", les guillements nécessaires, car cette organisation n'était qu'une filliale du Komintern, lui-même apparat du Politburo du PCUS sous la coupe de Lénine, puis de Staline. Et, en plus, il y a aussi les Suissesses de la Loubianka, le centre de l'appareil de répression, espionnage, propagande et désinformation, qui a été nommé, Tchéka, GPU, OPGU, NKVD puis KGB. La liste des Suisses qui ont servi cette monstrueuse et sanglante imposture reste à faire, mais une partie a été faite dans les Suisses, agents du Komintern, puis du Kominform: de Fritz Platten à André Bonnard en passant par Léon Nicole.

Ainsi, au XXIe siècle, l'histoire de ceux qui ont pris pour patrie l'Union soviétique, la Chine communiste ou d'autres régimes communistes (l'Albanie d'Enver Hodja; le Cuba des frères Castro; le Vietnam d'Ho Chi minh, la Corée de Kim Il-sung, etc), tous ennemis du peuple, et qui ont trahi la Suisse pour servir ces ennemis de l'humanité, cette histoire demeure taboue et reste à faire.

En tout cas, l'influence en Suisse du régime bolchévique, de ses officines officielles ou masquées, et de ses avatars, a été bien plus importante que les gens croient. Et cela a été rendu possible par un réseau d'historiens qui a falsifié l'histoire de l'URSS tout autant que celle de la Suisse. Aujourd'hui, l'horreur et l'avilissement engendré par ces "révolutions", impostures masquant des coups d'état, au profit d'une poignée de leaders communistes qui imposent et maintiennent leur pouvoir, par une impitoyable répression, dans le sang et par les larmes, ainsi que par une propagande conditionnant les individus quotidiennement. De même que le loup se déguise en agneau, les communistes se déguisent en amis du peuple, faisant prendre Moscou pour une nouvelle Jérusalem!!!.


La devise du camp des Solovki: “Par une main de fer, amenons de force l'humanité vers le bonheur”
L'imposture fondamentale des bolchéviks, la main de fer de l'appareil répressif, on l'a vu, mais le bonheur on l'attend toujours!

De plus, l'Entente Internationale anti-komitern fondée à Genève en 1924, après le procès Conradi, fut un ennemi acharné du bolchévisme, en solidarité avec les peuples de l'URSS, véritables prisons des peuples, tout autant que pour aider les Soviétiques, victimes quotidiennement du parti-état terroriste, le parti communiste. Alors que les appareils de propagande et de désinformation du Komintern fonctionnaient à plein, quelques hommes ont eu le courage de s'engager contre l'organisation méga-criminelle de la IIIe Internationale, pas du tout au service des peuples, mais à celui de de Lénine, puis Staline, leur bourreau. Et ces anti-kominterniens, dénonçant l'imposture de Lénine et Staline, pour aider les millions de victimes du Komintern, des dizaines de millions de victimes en ajoutant celle de la maison-mère, le parti bolchévik devenu en 1924, le parti communiste de l'Union soviétique, le PCUS. Malheureusement, leurs actions contre Lénine et Staline n'ont pas été suffisantes pour les arrêter et les empêcher de nuire.

Enfin, pour servir les meurtriers de masse que furent Lénine et Staline, l'Histoire a dû être trafiquée, falsifiée, frelatée par des intellectuels et des partis de gauche afin de cacher le fait que le XXe siècle, fut celui de l'horreur communiste, “stade suprême du socialisme“, car le but des régimes communistes, suivant la doctrine de Karl Marx, étant d'ériger la société socialiste, la fin de l'Histoire et même la négation de tout humanisme!


Quand les communistes prétendent défendre les libertés… tout en soutenant des régimes où les libertés (civiles, syndicales, économiques, religieuses…) sont bafouées quotidiennement, cette faille béante dénote leur escroquerie.

1924: Le combat de la gauche socialo-communiste contre la “Lex Häberlin

Le 24 septembre 1922, une loi présentée comme liberticide fut torpillée par des gens qui soutenaient et/ou travaillaient pour Moscou.

Qui sont les liberticides? Häberlin ou Lénine?
Qui soutient les peuples suisse et russe? En tout cas pas ceux qui servent Lénine!

La gauche socialo-communiste servait Lénine, pas les peuples suisses et russes!

Retour