Le 9 novembre 1932 à travers la presse suisse et soviétique de l'époque

Le 9 novembre 1932, cette tragique soirée continue à être victime d'une histoire consciemment frelatée pour cacher les vrais responsables de cette émeute qui causa 13 morts et 60 blessés, manifestants et soldats. De plus, les falsificateurs du "9 novembre 1932", "oublient" toujours le procès de certains responsables de l'émeute et de l'agression de la troupe qui provoquèrent la fusillade des soldats en légitime défense, comme le prouva le procès devant les Assises fédérales, débutant le 14 mai 1933.

Les socialo-communistes Nicole et Lebet célèbrent le 15e anniversaire de la “révolution d'octobre” en organisant une émeute faisant couler le sang: provoquer des martyrs et une vague d'indignation, preuve: son appel à une grève générale le samedi.

mise en accusation de Nicole et Dicker
Le mise en accusation de Nicole et Dicker: prouver qu'ils étaient des agents de l'étranger.
Personne ne peut contester que Nicole et Dicker étaient des agents de Staline et bien avant le 9 novembre 1932!
C'est pourquoi on parle de cet odieux meeting pour s'indigner et éviter ainsi d'en mentionner le but!
Quant au discours d'Oltramare, aucun historien ne l'a publié, preuve qu'ils sont des agents de Staline, tout comme Nicole, le bolchéviste camouflé!

Le contexte: la Grande famine de 1932-33, l'horreur soviétique contre les ouvriers, les paysans et les peuples nomades de la Russie!

Le 9 novembre 1932, la seconde femme de Staline, Nadejda Allilouïeva accuse son mari, lors d'une violente dispute être d'«le bourreau du peuple». Selon “La Grande terreur” de Robert Conquest, page 449, «Staline perdit son sang-froid et déversa sur elle un torrent d'injures en présence de ses amis. Le soir même, Nadejda se suicida. Auparavant, elle lui avait écrit une lettre qui «n'était pas strictement personnelle»; elle touchait aussi à la politique».

Le procès de Léon Nicole et ses comparses devant les Assises fédérales à Genève dès le 15 mai 1933


La sanglante manifestation politique

«Un parti, dont l'organe officiel met en accusation depuis longtemps une foule de gens trouve mauvais qu'un autre parti politique mette "en accusation" deux de ses chefs, au cours d'une assemblée régulièrement annoncée et autorisée. Il ameute ses adhérents, multiplie les appels à la violence. Résultat: L'assemblée politique a lieu presque dans le calme, mais dans la rue des soldats attaqués font usage de leurs armes. Il y a une douzaine de morts et de nombreux blessés. Voilà les faits. Il ne sert à rien de se demander si on aurait dû faire appel à des soldats plus âgés, ou à la cavalerie pour éviter que tant de sang couleLe Mondain publie ce résumé succint et pourtant tout à fait véridique le 12 novembre 1932.

fusillade genève 9 novembre 1932fusillade genève 9 novembre 1932

La Suisse du 14 novembre 1932. «Grève générale à Genève. Mise sur pied des troupes genevoises» En bas, à droite, «Les syndicats lausannois ont rejeté la grève». La provocation de Nicole, Fürst et Tronchet qui devait faire couler le sang afin de faire déclencher une grève générale en Suisse fut un fiasco total. Mais la provocation a quand même payé, après avoir été condamné à des broutilles, Léon Nicole est élu au Conseil d'Etat genevois. Ayant montré son incompétence, il fut viré à la prochaine élection!

La gauche va encore dire que les autorités font de la paranoïa, parce qu'elle nie l'horreur provoquée par le coup d'état de Lénine et son successeur Staline. Contre les menées révolutionnaires: le Conseil fédéral a examiné mardi matin le projet de loi élaboré par le Département de justice et police en vue de prévenir et de réprimer les menées révolutionnaires. Le rapport sur le 9 novembre 1932 est distribué au personnel fédéral…

Le témoignage qui montre que les “tirs sans sommation” n'est qu'un mensonge; un de plus

Témoignage d'Arlette Weber qui habite toujours à la rue Dancet dans le "Genève à chaud" du 10 novembre 2007. Son père entendant sonner le clairon lui dit de quitter immédiatement la fenêtre. Elle affirme que, deux minutes plus tard, elle a entendu les coups de feu. Présent, Claude Torracinta, était gêné car cela détruit le mensonge des tirs sans sommations. Quant à Rauber, pas gêné, par son habitude à falsifier l'Histoire!

La propagande mensongère sur le 9 novembre 1932 sert à cacher la responsabilité de Nicole (PSG), Lebet (PCS) et Tronchet (FOBB).

9 novembre 1932: 75 ans de mensonges, de manipulations, de falsifications et de frelatage!

Actes du Colloque international organisé dans le cadre du 75e anniversaire de la fusillade du 9 novembre 1932

La simple lecture du sommaire prouve que ces “historiens” pratiquent collectivement l'amnésie d'un XXe siècle, sans Lénine, Staline et les autres meurtriers de masse des autres régimes communistes. Si vous souhaitez connaître le rôle du parti communiste (Lebet), du parti socialiste genevois (Nicole) et du Komintern dans la fusillade, faites-vous rembourser cette pseudo-étude historique! Tout aussi curieusement, il n'y a aucune contribution sur le jugement des responsables de l'émeute, procès tenu devant les Assises fédérales en 1933 à Lausanne!

AUX VICTIMES DU 9 NOVEMBRE 1932: PLUS JAMAIS CA

Par qui et pourquoi? Un exemple, la prise de position de Paul-Emile Graber dans la Sentinelle du 11 novembre. Une indignation construite sur une menterie: les fusils-mitrailleuses! Pas ceux demandées par Wiesendanger, chef socialiste de la police de Zürich, suite aux émeutes organisées par le parti communiste et qui avait fait coulé le sang.


"Vie et oeuvre" réalisé par un adorateur de Paul-Emile Graber,Willy Schüpbach, publié en février 2007, aux pages 99 et 100.

La Suisse

Quotidien indépendant qui a cessé d'exister.

Qualifié de "fasciste" par la gauche et les anarchistes durant les années 1930.

Le Citoyen

Hebdomadaire

Organe de l'Union de Défense Economique

Rc 379

Le Drapeau rouge

Hebdomadaire, organe du parti communiste suisse. A changé de nom en 1933 pour s'appeler La Lutte.

La Voie ouvrière depuis 1944. Aujourd'hui GaucheHedo

Isvestia

Le mensonge au quotidien.

A cessé d'exister en 1991, l'URSS, pas le journal!

Le Travail

Quotidien, organe du PSG (parti socialiste genevois. A cessé d'exister fin 1939 suite à l'exclusion de Nicole et de ses acolytes du parti socialiste suisse car ils avaient applaudi le pacte Hitler-Staline.

Pravda

quotidien du parti communiste d'Union soviétique.

Pas de nouvelles dans la Pravda, pas de vérité dans les Nouvelles

A cessé d'exister.

Le Pilori

Bi-hebdomadaire. A cessé
d'exister en 1934

La Tribune de Genève

Qualifiée de fasciste par la gauche pro-stalinienne.

Le Mondain

Sous une apparence frivole, cet hebdomadaire révèle les faits
cruciaux de son époque.

Hebdomadaire. A cessé
d'exister.

L'Effort démocratique

L'Effort démocratique

24 procès en diffamation contre Léon Nicole.Et c'est cet agneau qui était outré par le procès de Oltramare alors qu'insulter, calomnier, le rédac en chef du Travail ne fait que cela, sauf Staline!

La Gazette de Lausanne

Toute la Suisse en est
profondément émue et cette
lamentable aventure

Quotidien. A cessé d'exister.

Le Réveil anarchiste

Bi-hebdomadaire

Le Genevois Parti radical démocratique Le Genevois

Organe du Parti radical
démocratique paraissant le
mercredi et le samedi

L'oeuvre de Nicole. Du sang
et des morts.

le peuple genevois Le peuple genevois

Hebdomadaire radical-socialiste

Le drame de mercredi. Qui est responsable?

Réaction, organe de l'Ordre Politique National

Interdit par Nicole, chef du Département de Justice et Police. Curieux de protester contre l'état bourgeois, sa censure et, une fois au pouvoir, d'interdir un journal. Hypocrisie d'un stalinien!

Dans l'édition du 10 novembre 1932, pas un mot sur la fusillage ni sur le meeting de Géo Oltramare, la nouvelle importante: l'élection triomphale de Roosevelt qui a battu Hoover.

Journal de Genève, édition du 11 novembre 1932: “Nicole, le grand responsable de l'émeute qui s'acheva dans le sang

La Vie protestante

Bf 1609

Ordre Politique National
Le Courrier
Journal de Genève
Le Protestant

Bibliographie et documents. A la recherche de la vérité, un titre trompeur de la Fédération suisse des Socialistes religieux qui n'a jamais rien fait pour aider les Chrétiens de l'URSS, soumis à un Holocauste nié. En fait, ces livres participent à la falsification massive du 9 novembre 1932, sauf quelques rares exceptions. Ce sont des actions idéologiques!

Retour